Accueil version mobile(Version complete)

L'isolation d'une maison écologique


Une isolation est performante si elle est pensée par rapport à l’ensemble de la construction, en respectant les règles de mise en œuvre.

Une maison traditionnelle perd sa chaleur en moyenne :
- 30% par les fenêtres et les portes,
- 25% par le toit,
- 25% par les murs,
- 15% par le sol,
- 5% par les ponts thermiques.
Isolation des murs d'une maison
Une bonne isolation dépend surtout du nombre de couches d’air qui sont emprisonnées entre les matériaux qui composent un mur, de la masse et de la densité de chaque matériau.
La chaleur s’échappe :
  • par convection : la circulation d’air ast activée par différence entre air chaud (qui monte) et air froid (qui tombe),
  • par conduction : transmission de froid ou de chaud par contact
  • par rayonnement : la transmission se fait sans contact physique (comme pour les rayons solaires).

Il s’agit donc de privilégier l’isolation, pour conserver un confort thermique, mais éviter le gaspillage en chauffage.

Un isolant performant doit avoir une forte densité (au minimum 40 kg/m3), une faible conductivité thermique mais aussi un bon comportement au feu, face aux prédateurs et une perméabilité à la vapeur d’eau.

Pourquoi choisir des isolants écologiques ?

Comme la paille, lin, chanvre, laine de mouton
  • ces isolants sont naturels, sans additifs synthétiques, sain
  • leurs filières agricoles sont ainsi renouvelées ou préservées
  • ils sont souvent produits à proximité
  • ce sont des matières qui laissent « respirer » la maison car elles ne sont pas hermétiques (donc pas de condensation, d’humidité excessive)
  • leur mise en œuvre est simple (pas de précautions particulières à prendre puisque ce sont des matériaux sains)
  • ils sont le contraire des isolants conventionnels qui sont à base d’hydrocarbures, donc non durables, non recyclables, avec un fort impact sur l’environnement, dégageant des gaz extrêmement toxiques en cas d’incendie.
En terme de résistance thermique, certains matériaux obtiennent la même mesure à épaisseur égale (exemple : la laine de verre et les panneaux de chanvre qui ont une résistance thermique de 5 pour 20 cm d’épaisseur). Leur cout est de 2 à 3 fois supérieur pour la matière naturelle (espérons que l’engouement pour des maisons bio écologiques fera rapidement diminuer cette différence - ( Des prêts immobiliers peuvent vous aider au financement ) mais qui a déjà posé de la laine de verre en connait tous les inconvénients immédiats (mais hélas pas les méfaits à long terme). Un bon isolant écologique est celui qui a le moins d’impact sur l’environnement au niveau de la ressource, de l’énergie mis en œuvre pour sa production et de son recyclage le moment venu.